La 141.R.1944 - Rationis-Technologies

Aller au contenu

Menu principal :

La 141.R.1944

LOCOMOTIVES

Pourquoi une 141.R. à l'échelle du 5 pouces ? Avez vous eu l'original devant vous ? Quand vous voyez pour la première fois des répliques de locomotives à Vapeur évoluées devant vos yeux, mues par la Vapeur ; ça fait Tilt pour un passionné , c'est ce qui m'arriva en voyant celles de mon ami, ANTOINE Robert ... et définitivement, à CORGIRNON ! ! Rien que çà !!! Adieu ma 141.R.754 à la vapeur en 58 mm , VIVE LE 5' et 7'1/4 ! ! ! ! !
J'étais dans les 141.R. voilà pourquoi j'ai commencé la mienne , pas une DECAUVILLE , non, plus compliqué peut-être ? et encore 2 ou 4 essieux, juste une question de longueur à mes yeux, et une question de temps aussi, c'est plus que vrai.
Je suis parti sur le plan de la 141.R. à l'échelle du 72 mm autrement dit du 2' 27/32. Donc je refais les plans à l'échelle, du 5 pouces soit 127 mm et, en même temps les programmes CN pour l'usinage. Et en puriste que je suis le coefficient de 1,76388 n'est pas pour arranger les choses ... Je l'ai appris à mes dépends ... Bof quand on aime ... c'est bien connu ... A force, on se fait à tout.
Certes cela prends du temps et, quelques surprises en cours de route ; et pas des moindres ! Il serait trop long ici de m'étendre sur le sujet, et ce n'est pas mon propos . Je ne retiendrais que les choses positives , et il y en à . Pour commencer j'ai appris à manier le code machine . On ne doit pas avoir une confiance aveugle dans un plan, , qui plus est lorsque on le transpose à une autre échelle . Je continue d'apprendre , et çà aussi , c'est positif. Je peux le dire aujourd'hui, je ne connais pas encore grand chose . . . . . Par contre un programme machine bien ficelé , vous sort un travail de toute beauté . Ça j'ai pu le constater ! et j'en suis fier.
La chaudière est un sacré travail de mise en forme et, de soudure de l'acier inox. Mais j'apprécie ce travail car ce n'était pas dans mes cordes, c'est ici que l'on voit l'aptitude à se mettre à faire quelque chose d'inhabituel. les cinq gr. de bon sens et les cinq sous de jugeote, sont mis à contribution ... car une mauvaise procédure dans le déroulement normal des opérations et, alors on se pose pas mal de questions . Comme quoi, mieux vaut réfléchir avant d'agir .
J'attends l'épreuve hydraulique de la chaudière. J'ai fabriquer une chapelle d'introduction d'eau ( 4 heures de tournage, filetage taraudage ... vue le prix que c'est vendu tout fait, c'est dérisoire ! Bon j'ai fabriquer sans plan, c'est pour cela que j'ai été sûrement moins vite.) Mais ça fonctionne . Peut-être que je vais me décider à mettre le réchauffeur d'eau en fabrication, ça me tente ...
La tuyauterie, était dans mes cordes, je me suis dis que trois jours cela devrait aller ... sept jours pour tout faire ! C'est en avançant au fur et à mesure que je me suis aperçu de certaines difficultés surtout pour des coudes très court sans remplissage au sable comme il se devait. Heureusement pour moi que j'avais fait un plan des canalisations à faire. Mais une fois terminées c'est beau...
A contrario , lorsque la locomotive roulera , je terminerais les plans avec tous les détails ( commandes, schéma hydraulique, circuit vapeur, circuits auxiliaires , circuit électrique , auxiliaires de fluides, etc. ) , qui ne sont pas dans ceux en ma possession , je dirais même que sans aucune connaissance en mécanique, il doit être impossible de mener à bien la construction d'une telle machine , ou alors posséder cinq grammes de bon sens et, cinq sous de jugeote . . . . mis à rude épreuve certaines fois !
Grâce à Internet, j'ai trouvé une oreille attentive à ma demande concernant la génération du programme de gravure des plaques d'immatriculation de la Locomotive. En lieu et place du programme, j'ai eu l'heureuse surprise de recevoir un jeux de plaques complet avec, les gabarits pour la Locomotive et le Tender ... Au vu du savoir faire de Monsieur Yvon P. la réalisation et de toute beauté. Que Monsieur P. Yvon , reçoive ici mes plus chaleureux remerciements pour son magnifique travail. Je ne l'oublierais pas...
Je m'intéresse de très près à la distribution en ce moment , car j'ai un gros problème du à un plan erroné au départ et qui n'à jamais été rectifié ! Donc quand on n'à jamais pratiqué, c'est le pied pour commencer... D'autres part, de ce qui découle plus haut cela à induit une défectuosité dans la distribution. Après moults calculs avec un logiciel spécial qui ne ma jamais sorti les mêmes résultats, je doute ! Donc; je m'intéresse de très près au calcul de la distribution. Toute la lecture que je possède n'à pas beaucoup éclairé ma lanterne, le langage est synthétique, mais, je ne désespère pas d'y arriver ! D'abord appréhender la technique, la pratique vient après!
Si je peux élaborer des explications susceptibles d'êtres compris par le commun des mortels, c'est peut être présomptueux de ma part d'écrire cela, je pense qu'à ce moment là, alors j'aurais ouvert une porte pour intéresser les jeunes à cette fabuleuse saga qu'est la construction d'une locomotive à vapeur, n'en déplaise aux anciens qui n'entrouvres pas beaucoup la porte de leur savoir... A part J.P P. et J. N. , on vous prends de haut... Penser donc il ne connaît rien et il construit une 141.R !!! Soit ils ne veulent pas expliquer, soit ils ne savent pas expliquer, ou tout simplement ils ne savent pas... Allez savoir ; sur Internet on vous hameçonne et quand tu rentres dans le vif du sujet, pffft la source se tarit d'elle même... j'ai pu le constater plus d'une fois, malheureusement, alors en autodidacte que je suis , je suis toujours encore en train d'apprendre, et cela à été une constante tout au long de ma vie professionnelle. J'ai toujours aimé la difficulté et les challenges dans la vie ; on ne se refait pas monsieur, je ne serais pas le premier, ni le dernier à être de cette sorte d'homme que rien ne rebute... Je sais que je ne vais pas me faire que des amis en écrivant cela.
Ça y est, Presque, et oui , comme les côtes du levier d'avance ont changées, et bien il faut modifier le berceau de relevage . . . encore un point négatif pour les plans ; est ce du au coefficient pour l'échelle du 5" , je ne saurais l'affirmer. Toujours est-il que le dessin des chemises, et lui bel et bien faut !!!  Qu'ont se le disent !
Après la dernière Exposition d'Octobre 2015 de ST-Amarin, il me reste quelques travaux à terminer, mais interrompus par un AVC donc repos forcé, je vais reprendre le travail doucement, terminer la commande des purgeurs, terminer la commande et le câblage des fanaux d'éclairage . . . Ce jour de Mai 2017,  Viola j'ai repris la voie de la 141.R. , je vais poser les conduites de la sablière, terminer la commande des purgeurs depuis la cabine, et terminer le câblage électrique .

Compteur Ancienne Fraiseuse :  749
Compteur Nouvelle  Fraiseuse :  325
Compteur Tour                     :  785
Total heures d'Usinages          1859  au 19-02-2017

Les heures sur le Tour conventionnel ne sont pas comptabilisées, ni celles du travail manuel.
En principe, on en compte le double en travaux manuels, soit un total de 5577  Heures pour la réalisation de la  141.R.1944

Par amusement, plus que par défi , je vais compter , le Nombre de pièces entrant dans la fabrication et la construction de la locomotive , y compris visserie , rivets et autres sujétions de fixations autre que soudure. Le poids n'est pas définitivement déterminé. Sous forme de Tableur je detaillerais tous les postes concernant la fabrication de la 141.R.1944 , après peinture et remontage.
                               Vide            Plein
Poids du chassis      :   70,0           70,15
Chaudière complète :   44,5           58,5
Tender                  :   37,0          69,0
                  Total :  151,50       197,65

Pièces    :   2029
Rivets    :   1503  (le comptage n'est pas fini)
Visserie :     129
Total     :    3661  pièces


Compteur de la Fraiseuse.
Compteur du Tour.
395 Photos . . .
 
Retourner au contenu | Retourner au menu